Ruralité : les projets trouvent financement

Ruralité : les projets trouvent financement
Alain Leveau, président du Pôle, et Éric Suzanne, sous-préfet de Langon, ont répondu aux diverses questions sur le contrat de ruralité.

PHOTO D. F.

Dans le cadre du suivi du Contrat de ruralité du Cœur Entre-deux-Mers, une réunion s’est tenue vendredi dernier à l’espace René-Lazare.

Un bilan de l’année écoulée a d’abord été fait par la directrice du pôle, Hélène Bancelin, avant un temps d’échanges sur les étapes à venir. Le but était de répondre à la question « qu’est-ce qu’un contrat de ruralité ? » C’est un contrat passé entre l’État et un territoire communautaire (EPCI, PETR…) associé à des partenaires : collectivités, chambres consulaires, Caisse des dépôts et consignations, pour une durée de quatre ans allant de 2017 à 2020.

Il permet de partager un diagnostic sur les forces et faiblesses du territoire et de financer des investissements de structures publiques concernant un projet de territoire qui s’articule autour de six volets : l’accès aux services et aux soins, les mobilités, l’attractivité du territoire, la redynamisation des bourgs-centres et la transition écologique.

Le pôle territorial du Cœur Entre-deux-Mers (PETR) s’est porté candidat dès juillet 2016. Il a lancé un appel à projet en février 2017 auprès de ses communes et de leurs regroupements.

Différentes formes d’aides

C’est au final 81 projets de 34 collectivités qui ont été retenus pour un montant global d’investissement de plus de 50 millions d’euros sur une période de trois ans et inscrits au contrat de ruralité signé le 22 septembre 2017.

Ces 81 projets sont répartis sur l’ensemble du territoire Cœur Entre-deux-Mers avec 80 communes que regroupent cinq Communauntés de communes pour plus de 200 000 habitants.

Une partie dépend de l’arrondissement de Bordeaux et l’autre de l’arrondissement de Langon. Bilan donc positif pour 2018 avec, sur les 81 projets inscrits, 23 projets qui ont été déposés en l’année dernière.

Deux de ces 23 projets ont obtenu à la fois la Dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR) et la Dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) pour un total de 901 000 euros de subventions attribuées. Ils concernent des travaux, extension et restructuration du groupe scolaire à Latresne et l’aménagement des quais de Langoiran et Le Tourne.

Un projet (maîtrise d’ouvrages sur la commune de Sadirac) a perçu 200 000 euros uniquement de la Dotation de soutien à l’investissement local. Et 16 projets ont obtenu la Dotation d’équipement des territoires ruraux uniquement pour un total de 1 854 518 euros.

Quatre projets n’ont obtenu ni DETR ni DSIL (Camblanes-et-Meynac, Cursan et Pompignac).

En parallèle, 29 nouveaux projets ont été recensés et ont fait l’objet d’une demande d’avenant transmise fin 2018 au préfet et au sous-préfet de Langon.

Alain Leveau a tenu à préciser : « ce qui est important c’est que le pôle territorial (PETR), en mettant en place un contrat de ruralité, a fait fonctionner les collectivités et les élus pour faire des choses et avancer. Les élus s’engagent fortement et ont la volonté de réaménager le territoire. »

Pour des contrats de territoire

Le sous-préfet de Langon Éric Suzanne est également intervenu : « le contrat de ruralité n’était pas regardé comme prioritaire par le Département mais le regard de l’arrondissement de Langon a été plus favorable. L’idée serait qu’il y ait, dans l’avenir, des contrats de territoire mais pour l’instant il faut faire avec ce qui existe et donc il est important d’avoir des échanges. À Langon nous avons honoré tous les projets avec le DETR qui ont été prioritaires en 2017 ».

Le sous-préfet a aussi soulevé la question « dans l’avenir ce contrat pourra-t-il être contractualisé ? » Il a répondu « je pense que le mode normal et habituel du financement de la ruralité par le contrat de ruralité ou le contrat de territoire permet à l’État de savoir ce qui se passe sur les territoires et il sera intéressant de voir, d’ici 5 ou 10 ans, ce qui aura été fait avec un résultat qu’il pense non négatif. La contractualisation est une bonne idée à la base et je garde un regard favorable sur les projets de ruralité ».

Toutes informations complémentaires : PETR 05 56 23 95 17 Hélène Bancelin.

Publié dans Non classé
Facebook
Google+
http://www.mairie-targon.fr/ruralite-projets-trouvent-financement
Twitter

Mairie de Targon

2 rue de la Mairie 33760 TARGON
Tel : 05 56 23 90 13
Fax : 05 56 23 45 47

mairie.targon@wanadoo.fr

Horaires
Lundi 9h – 12h30 15h – 18h
Mardi 9h – 12h30 15h – 18h
Mercredi 9h – 12h30 15h – 18h
Jeudi 9h – 12h30 15h – 19h
Vendredi 9h – 13h00 14h – 17h

Soyez avertis

Choisissez un centre d'intéret